arrow drop search cross

Rentrée universitaire : Université Côte d’Azur adapte ses modalités d’enseignement

Face à la crise sanitaire que subit cette rentrée universitaire, Université Côte d’Azur a choisi de revoir ses modalités d’enseignement et de proposer à certains de ses étudiants un enseignement bimodal (en distanciel et en présentiel), et ceci afin de préserver la santé et la sécurité de tous et toutes.


Publication : 23/09/2020
Partager cet article :

Afin de faire face à l’épidémie de Covid, Université Côte d’Azur a dû revoir l’organisation de ses enseignements et a mis en place une gestion des flux de circulation destinée à éviter les regroupements, à limiter le brassage des usagers et les croisements trop importants d’individus. Par ailleurs, comme prévu par la dernière circulaire ministérielle, le port du masque est obligatoire sur l’ensemble des campus pour les enseignants et les étudiants.

Dans les filières qui connaissent traditionnellement des effectifs importants (premières années de licence), un système d’enseignement bimodal a été mis en place. Par exemple, en sciences, la moitié d’un promotion est accueillie une semaine en présentiel en amphithéâtre et salle de TD pendant que l’autre suit les cours à distance grâce un système de visioconférence et inversement l’autre semaine. D’autres dispositions pourront être prises en fonction de l’évolution du contexte sanitaire.

« Notre objectif est de garder un lien pédagogique entre l’étudiant et l’enseignant, grâce à ce système d’alternance, tout en garantissant des conditions sanitaires optimales. » affirme Jeanick Brisswalter, Président d’Université Côte d’Azur

Un financement pour l’hybridation des enseignements

Université Côte d'Azur a proposé aux composantes de les aider à s'équiper pour les accompagner dans l’hybridation des formations : équipement en caméra vidéo pour filmer les cours, amélioration du wifi et du réseau électrique, achat de tablettes et de nouveaux serveurs ont été achetés pour renforcer les capacités de connexions. Plusieurs centaines de milliers d’euros ont été investis dans ce domaine.