Arnaud HUBSTENBERGER

Responsabilités

Chargé de Recherche CNRS
Institut de Biologie Valrose (iBV)

Distinctions

  • Lauréat des "Grandes Avancées Françaises en Biologie" - Académie des sciences

Biographie

Si toutes les cellules de notre organisme partagent le même génome, chaque cellule est unique, et exprime cette information génétique différemment. Le génome est ainsi un grand dictionnaire de gènes dont certains sont exprimés ou réprimés en fonction du lignage cellulaire (neuronal, musculaire, epithélial…), de l’activité de la cellule, ou de son environnement. Dans la cellule, l’information est véhiculée par des molécules solubles, les ARN messagers, qui peuvent diffuser l’information mais aussi changer d’état pour la stocker. De même que l’eau existe sous trois états dans la nature, l'équipe d'Arnaud Hubstenberger a montré que les messagers de l’information génétique diffusent dans la cellule, condensent en des gouttes liquides ou des hydrogels semi-liquides, ou même solidifient, notamment en agrégat toxiques dans les maladies dégénératives. Ils ont purifié à partir de cellules épithéliales humaines des gouttes d’ARN, les P-bodies : un centre d’organisation, de tri et de stockage des messagers de l’information génétique qui participe au contrôle de l’expression des gènes. En révélant des régulons post-transcriptionnels, collectifs d’ARN messagers réprimés qui condensent dans les P-bodies, l'équipe a mis en évidence un niveau supérieur d’organisation et de coordination de l’information génétique. L’introduction du concept de transitions de phase pour les messagers génétiques bouleverse ainsi notre compréhension de la diffusion, du tri et du stockage de l’information génétique.