Yevgeniya KORNIYENKO-SHEREMET

Responsabilités

Attaché temporaire d'enseignement et de recherche
Laboratoire Géoazur (GEOAZUR)

Distinctions

  • Prix Paul Fallot-Jérémine-Jacob 2018 - Académie des sciences

Biographie

Les travaux de Y. Korniyenko-Sheremet ont porté sur l’évolution tectonique de la Crimée, et sur la marge nord de la Mer Noire faisant la liaison terre-mer. Cette étude (comprenant six mois passés sur le terrain dans les monts de Crimée entre 2012 et 2016 pendant une période géopolitique difficile) a principalement consisté à cartographier les ensembles géologiques, à les échantillonner pour obtenir de nouvelles datations micropaléontologiques, et à effectuer des mesures tectoniques à différentes échelles (de la strie sur les failles aux grands axes de plis). De retour au laboratoire, les données ont été combinées à l’analyse de profils de sismique réflexion de la marge de la Mer Noire. Le résultat majeur a été la production d’une nouvelle carte géologique et structurale de l’Est de la Crimée qui bouleverse complètement la stratigraphie et le cadre structural de la région et remet en cause près de 70 ans de recherche géologique sur ce secteur. Mme Korniyenko-Sheremet démontre qu’une partie d’une formation turbiditique attribuée au Trias supérieur est en fait plus beaucoup plus récente de près de 80 millions d’années. Cette formation datée maintenant du Crétacé inférieur (146-110 millions d’années), est liée à l’initiation de l’ouverture du bassin de la Mer Noire orientale. Ce résultat est une découverte majeure car cet événement tectonique avait jusque-là été attribué à une époque (Paléocène-Eocène) de 45 à 70 millions d’années plus récente. Aujourd’hui, les travaux qu’elle poursuit en tant qu’ATER à Géoazur s’élargissent sur la région Nord-Ouest de la Mer Noire (Roumanie et Ukraine) et dans le Caucase (Arménie, Géorgie). Ils renforcent les collaborations scientifiques entre ces quatre pays et la France. Ces recherches vont permettre de proposer de nouveaux scénarios d’évolution paléogéographique et tectonique de la Mer Noire qui reste une zone très mal comprise à l’échelle de la tectonique des plaques.