Audrey LAURAIN

Responsabilités

Doctorante
Laboratoire de PhysioMédecine Moléculaire (LP2M)

Distinctions

  • Bourse de recherche - Société Française de Médecine Vasculaire

Biographie

Les calcifications vasculaires sont un facteur de risque de morbi-mortalité cardiovasculaire et proviennent d’une dé-régulation des processus de biominéralisation physiologiques. Ce phénomène est particulièrement observé dans la maladie rénale chronique (MRC) et d’autres maladies métaboliques (diabète, stéatose hépatique et ostéoporose). En effet 50% des patients dialysés vont mourir de causes cardiovasculaires. Les patients présentant une MRC ont des concentrations plasmatiques de phosphate inorganique (Pi) élevées favorisant le dépôt de cristaux d’hydroxyapatite au niveau des parois artérielles en raison d’un déséquilibre entre agents procalcifiants et anti-calcifiants. Parmi les agents anti-calcifiants on trouve le pyrophosphate (PPi) dont la concentration plasmatique serait abaissée dans la MRC. Les études préliminaires réalisées dans le laboratoire mettent en évidence une diminution des concentrations plasmatiques en PPi lors de maladie chronique au phénotype procalcifiant comme la maladie rénale chronique. L’objectif de ce prix est d’obtenir une aide au financement afin de corréler un agent biologique anti calcifiant à l’apparition de calcifications vasculaires chez des patients hémodialysés à haut risque cardio vasculaire et chez des patients greffés rénaux ou la fonction rénal est restaurée.