arrow drop search cross
arrow drop search cross

Axe transversal - Les nouvelles technologies au service de la santé tout au long du parcours de vie

Cet axe transversal se situe en cohérence avec les éléments du récent rapport sur l’intelligence artificielle (France IA, 2018). Dans le domaine médical, il vise en particulier à faciliter la réorganisation des pratiques médicales tout au long du parcours de vie du patient pour proposer un véritable continuum d’interventions allant de la promotion de la santé et la prévention jusqu’à la réadaptation. En effet, les nouvelles technologies permettent le suivi contextualisé et en temps réel du patient et contribue à une médecine personnalisée et prédictive. Dans le cadre de la fédération cet axe transversal aura pour objectif de rendre lisible les recherches des trois thématiques qui ont recours aux nouvelles technologies comme vecteurs d’évaluation, de promotion ou de soin. 

L’utilisation des nouvelles technologies comme instrument d’évaluation, d’éducation et de prise en soins est considérée comme un élément transversal aux trois thématiques et devrait permettre aux partenaires de la fédération de partager moyens (par exemple à travers l’utilisation des plateformes ou des outils technologiques développés) et expertises. Cet axe de la Fédération FRIS devrait faciliter la mise en place et la réalisation des projets de chaque axe et de chaque partenaire mais aussi contribuer à la construction d’objectifs communs.

En pratique la transversalité se manifeste notamment au niveau de 1/ la collaboration technique, 2/ la collaboration humaine, et 3/ la mise en place d’études cliniques. 

Thématique 1 

Des équipes de la fédération (LAPCOS, CoBTeK), dans le cadre du programme ENVIE (Etude Nationale sur le Vieillissement et l'Environnement), coordonnent le projet HAVCOG (Horaires Atypiques et Vieillissement Cognitif) financé par l'ANR, qui vise à identifier les facteurs environnementaux (conditions de travail, et activités hors travail, événements de vie) et individuels (personnalité) qui influencent la cognition et la régulation émotionnelle au fil de l'âge adulte. Ce projet a comme support de collecte de données, un site web dont le développement peut grandement bénéficier des deux aspects de la transversalité.

Il en est de même pour les travaux sur la douleur conduits par le FHU INOVPAIN (Innovative Solutions in Refractory Pain) en coopération avec CoBTeK lab qui cherchent à identifier les facteurs de risque associés à la chronicisation de la douleur. Chacun de ces projets va inclure des nouvelles technologies afin de proposer des mesures objectives ou des applications à visée thérapeutique ou d'accompagnement. Un dernier exemple important sur la question de surveillance concerne le projet 14-7, conduit par le service Universitaire de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent, qui vise à identifier les facteurs de risque du stress post-traumatique (PTSD), et les effets du PTSD sur la psychopathologie et la cognition chez l'enfant.

L’analyse des bases de données qui se situent entre les thématiques 1 et 2 s’inscrit également dans les objectifs de l’axe transversal. Par exemple, on peut citer la collaboration déjà existante entre le Centre Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR) du CHU de Nice et le Département de Santé Publique (DSP) pour l’exploitation de la base de données nationale sur la maladie d’Alzheimer (BNA, Banque Nationale Alzheimer), hébergée au CHU de Nice, et recueillant les informations épidémiologiques des patients consultant dans les 584 centres du réseau national des Centres Mémoire. Le Département de Santé Publique (DSP) dispose également d’un registre des cancers pour le département des Alpes-Maritimes dont toutes les informations sont géo localisées (base de données exhaustive, n=81 865 cancers, déjà mise à contribution par la Métropole Nice Côte d’Azur pour l’étude de l’Impact de l’Unité de Valorisation Energétique de l’Ariane sur l’incidence des cancers). Par ailleurs, le DSP a créé et gère depuis janvier 2018, à la demande de la Société Française de Chirurgie de l’Obésité et des Maladies Métaboliques (SOFFCO-MM), le Registre National de la Chirurgie de l’Obésité, en collaboration avec la HAS. Enfin, le DSP a créé et gère la base de données PRIMEGE, qui permet l’analyse des motifs de consultations et les prescriptions d’un échantillon de médecins généralistes des Alpes-Maritimes.

Thématique 2

Cette thématique offre plusieurs exemples d’utilisation de l’axe transversal. C’est le cas des projets en relation avec la première question : En quoi les outils numériques sont-ils susceptibles d’aider et d’être acceptés par les acteurs du système de santé dans l’acquisition des comportements sains et/ou dans la réduction des comportements à risque ?

Ainsi les études en relation avec cette question peuvent bénéficier de l’accès aux patients, aidants et soignants qui se trouvent au niveau de plusieurs des plateformes.

De même, l’évaluation de l’acceptabilité de solutions ou dispositifs numériques chez le citoyen peut se faire directement à partir de manifestations ou journées portes ouvertes destinées au grand public. Enfin, l’acceptabilité des solutions innovantes est toujours une question importante au moment du développement de nouveaux instruments d’évaluation, de promotion ou de prise en soins. L’expertise des partenaires de la thématique 2 pourra dans ce cadre être mise en valeur et à disposition de l’ensemble des partenaires. 

Thématique 3

Les projets envisagés dans la thématique 3 offrent aussi des exemples d’utilisation des nouvelles technologies.

Au niveau de l’objectif 1 de cette thématique, dans le contexte du « biofeedback, neuro-imagerie, réalité virtuelle et réhabilitation », le LAMHESS, en collaboration avec le CHU de Nice (Pôles Réhabilitation Autonomie Vieillissement et Neurosciences Rhumatologie) développe le projet Vibr’AVC, financé par la Région Provence Alpes Côte d’Azur et par le Centre de Référence « Santé Bien-Etre Vieillissement » (i.e., projets IDEXJedi de l’Université Côte d’Azur). Ce projet vise, grâce à des techniques de facilitation sensorimotrice, à identifier les mécanismes neurophysiologiques associés à l’amélioration fonctionnelle de patients post-AVC. Accompagné par un partenaire industriel, et reposant sur une technologie innovante, ce projet est associé à un suivi du parcours de soin des patients grâce à une application numérique. Un autre exemple concerne plus particulièrement l’interférence cognitivo-motrice au cours du vieillissement, où le LAMHESS et le CHU s’intéressent à la validation d’un outil numérique permettant de détecter voire de prédire le risque de chute chez la personne âgée. Ce projet collaboratif dans lequel est également impliqué un partenaire industriel cherchera à caractériser des profils biomécaniques du risque de chute mais visera également à mieux comprendre l’influence de la réalisation conjointe d’une tâche cognitive, voire de la fatigue sur ce risque de chute. D’autres laboratoires ou équipes de l’Université Côte d’Azur devraient rejoindre ce projet transdisciplinaire dans lequel les travaux sur l’intelligence artificielle permettront de développer un outil de prévention du risque de chute chez la personne âgée.

Au niveau de l’objectif 2 de cette thématique, dans le programme MNC3 et le projet MotAp précédemment cités, la collaboration technique se fait déjà entre l’équipe CoBTeK, les équipes Inria et le partenaire industriel. La collaboration humaine et interdisciplinaire est aussi très présente car le projet est construit autour de l’interaction entre Ingénieurs et cliniciens. Enfin la mise en pratique du protocole de recherche dans une étude clinique permet d’impliquer les étudiants de différentes spécialités (Orthophonie, Psychologie, médecine).