arrow drop search cross
arrow drop search cross
Chaire Jean Monnet "Union européenne et gestion des crises" (Anne Millet-Devalle, professeure des universités en droit public)

Chaire Jean Monnet "Union européenne et gestion des crises" (Anne Millet-Devalle, professeure des universités en droit public)

page1image584925136

Le soutien de la Commission européenne à la production de cette publication ne constitue pas une approbation du contenu, qui reflète uniquement le point de vue des auteurs, et la Commission ne peut pas être tenue responsable de toute utilisation qui pourrait être faite des informations qu’elle contient.

Pour Jean Monnet, l’Europe devait se faire dans les crises et serait la somme des solutions apportées à ces crises. 

De fait, la multitude et la gravité de ces crises, internes ou externes à l’Union ou à ses Etats membres -politiques, juridiques, institutionnelles, sanitaires, humanitaires, économiques et financières, environnementales…-, civiles ou militaires, constitue un objet d’étude a priori  hétérogène mais permettant à la fois de mettre en évidence l’originalité, et parfois l’exemplarité, des réponses apportées à ces situations par l’Union européenne, et de questionner le sens du projet européen, en mettant en évidence sa justification à l’aune des défis auxquels elle est confrontée, auxquels les Etats membres ne pourraient répondre individuellement.

La chaire Jean Monnet attribuée à la professeure Anne Millet-Devalle sur le thème "L'Union européenne et la gestion des crises",  vise à appréhender tout type de crise  appelant une réaction de l'Union, qu'elle se produisent à l'extérieur de ses frontières ou en son sein, ou concernent l'Union elle-même, comme le Brexit.

La crise du coronavirus est à cet égard emblématique des "polycrises" définies par l'ancien président de la Commission, Jean-Claude Junker, selon lequel l'UE est en effet « confrontée à une conjonction de crises multiples, complexes, multistratificationnelles, venant de l’extérieur ou de l’intérieur de l’Union européenne, et qui surviennent toutes en même temps ». La « crise existentielle » évoquée par le président Juncker trouverait ainsi sa meilleure réponse dans la constitution progressive d’un système régional opérationnel de gestion des crises, donnant à l’UE une forte visibilité internationale -comme cela est déjà le cas en matière de réponse aux catastrophes-, caractérisée par les interactions et  synergies entre les dimensions internes et externes, civiles et militaires, de l’action de l’Union. 

Un financement de l'Union européenne permet à Anne Millet-Devalle et son équipe de conduire jusqu'à la fin de l'année 2022 un programme ambitieux tant en matière d'enseignement, de sensibilisation et de diffusion au grand public que de recherche académique.

Les principales activités prévues dans le cadre de la chaire sont à la fois à visée académique et professionnelle.

Elles sont destinées à analyser le processus d’intégration européenne dans ces contextes évolutifs, liés à l'actualité, à enrichir la réflexion par une approche principalement juridique mais ouverte à l'interdisciplinarité.

Sont ainsi proposés : un cycle de conférences mensuelles d'octobre à mars, pour chaque année universitaire, ouvert aux étudiants comme à la société civile,  des colloques, une Summer School (septembre 2021), de nouveaux enseignements sous forme de Certificats proposés aux étudiants d'Université Côte d'Azur comme à des professionnels (journalistes, cadres d'ONG, du secteur bancaire ou des assurances, fonctionnaires), et une Clinique juridique AJIRE (« Analyse juridique de l'intégration des réglementations européennes »).


Anne Millet-Devalle, titulaire de la chaire Jean Monnet est professeur des universités en droit public, directrice du Laboratoire de droit international et européen (LADIE UPR 7414), responsable du Master 2 Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique

CV Anne Millet-Devalle